一天日了8次还痒

Thursday, September 4, 2014

Darty me conseille d'acheter chez Amazon....

Lundi j'achète un jack audio chez Darty métro Couronnes à Paris. Je l'ouvre, je l'essaie, c'est n'est pas le bon modèle. Je le rapporte aujourd'hui.

L'employée me répond : C'est ouvert on ne reprend pas.
Elle : "Vous auriez d? demander conseil à un vendeur."
Je ris. Il y a peut être un vendeur pour tout le magasin. "J'ai essayé d'en trouver, je n'ai pas réussi."
Elle : "Vous n'aviez qu'à vérifier la référence."

Je lui montre l'emballage. La référence produit est cachée par leur antivol.
Elle : "Vous auriez pu enlever l'antivol."
Moi : "Vous autorisez les clients à enlever les antivols ?"
Elle : "Non, mais en caisse on l'aurait fait."
Moi : "A priori en France les références du produit vendu doivent être affiché en rayon ou sur le produit. En l'occurrence ni l'un ni l'autre n'était visible. Vous savez, si j'avais acheté chez Amazon ou à la Fnac.com qu'aurais pu le renvoyer sans problème."
Elle : "Mais en magasin vous avez la possibilté de voir le produit."
Je ris : "Et on voit que ?a ne sert à rien car vous cachez les références."
Elle : "Si vous préférez, vous pouvez acheter en ligne."
Moi : "Je ne pense pas être le seul. J'attends avec impatience la fermeture de cet établissement. Et je ne m'en ferai pas pour les employés au ch?mage puisque vous avez choisi d'en employer moins que le minimum."

Je téléphone en rentrant au service conso. On me dit qu'on ne peut rien faire, qu'il faut écrire par la poste.
Bon... si je vais dépenser un timbre ce sera pour écrire à la Direction de la Consommation pour défaut d'affichage.

Thursday, May 22, 2014

Can France's oversized trains help the government push back against EU pro-competition measures?

Can France's oversized trains help the governmentpush back against EU pro-competition measures?

France is known for its high-speed TGV network, the sleek red Thalystrains heading to northern Europe, the Eurostar to London. Lesserknown are the workhorse trains of the Transport express régional(TER) service that primarily carry commuters and students in villagesand small cities off the mainlines. They have gained a bit morenotoriety this week in France, when Le Canard encha?né, theweekly satirical newspaper that carries out the best overallinvestigative journalism in the country, has just reported that the2000 new trains purchased by French national railway operator SNCFare too fat.

The regional trains are operated by the SNCF, theFrench national railway operator, on behalf of 20 of the country'sregional governments, and run on the lines owned by Réseau ferré deFrance (RFF), the network owner.

Prior to the SNCF fobbing off the loss-makingregional service onto the regions beginning in the 1990s, servicequality and number of users had been in steady decline. The SNCF farpreferred its shiny intercity and TGV services, and their shinyprofits, to the poky trains (the metal-sided models formerly commonon these lines were known as the “petit gris” or “gray snails”)that continue to this day to provide vital service to rural France,at least on the lines where the SNCF hasn't ditched them in favor ofmore economical bus service. Starting in 1995, the SNCF began signingcontracts with regional governments determined to turn things around.The regional governments were motivated both by the principle ofoffering citizens the public service of affordable publictransportation, and the need for a social and economic investmentthat allows students to travel to high school and universities,workers to get to their jobs, citizens to access public services likehospitals and courts, and consumers to come to the cities to shop.

It's a service that comes with a price, with nationaland regional subsidies covering nearly 80% of the cost of service, acost to the various regions of up to 20% of their annual budgets,over 6 million euros yearly for the biggest spender, Rh?ne-Alpeswith a network centered on Lyon (the Paris region operates under aspecial system). Regional transit is such a priority that one region,Languedoc-Roussillon (capital Montpellier), has decided to expand apilot program offering tickets for just one euro to its entirenetwork as of January 2015.

Languedoc-Roussillon and the other regions have notonly reversed the decline in rail use, but seen significant increasesin ridership, prompting the SNCF to order 2000 new trains from Frenchtrain builder Alstom and its Canadian counterpart Bombardier, with atotal cost of 15 billion euros (over 20 billion dollars).

And here's where the problem arises: these new trainsare too fat. They were ordered and purchased by the SNCF on behalf ofregional governments, using the regions' money. Everyone involvedwanted trains that were as wide as possible to offer more seats andreduce the cost per passenger of these newly popular trains. The SNCFbased its specifications on information from RFF, which assured theSNCF that per current standards, there was at least 10 centimetersavailable on each sidecompared with previous trains. Alstom andBombadier designed their trains accordingly, only to find that thoseextra centimeters that exist in theory nationwide do not exist inpractice in a frighteningly large number of older stations. In 1300of the 8700 train stations in France, the platforms are too wide andthe space for the train too narrow to accommodate these new trains.In these stations, it's not “mind the gap”, it's “mind the edgeof the platform gashing the side of the train open like the iceberggutting the Titanic”. While RFF gave correct specifications forcurrent railworks, in certain regions of France the legacy stationspredate these standards, and most of those do not allow enough trackwidth for the new TER trains.

As a result, these platforms need to be narrowed, ata cost of up to 80 million euros. The regions are refusing to pay forRFF's mistake, while RFF, already heavily indebted, claims it can dothe work within the scope of its existing multi-billion-euro budget,raising the eyebrows of Gallic doubters.

Meanwhile a nation is mocking, everyone is pointingfingers at each other, and politicians are making hay, with calls forofficial reports and parliamentary hearings.

The timing of the story is curiously convenient forthose who regret the status quo of French rail, and who are workingto undue the 1997 European Union-inspired spinoff of RFF.It's aproblem that is allowing some who have never accepted the split ofSNCF into infrastructure owner RFF and services operator SNCF (itkept the unitary firm's name) to push back in a big way. The French did aslittle as possible to make this separation possible, with SNCFretaining ownership of train stations (but not the platforms), and anew subsidiary of SNCF, SNCF Infra, created to carry out railwaymaintenance for RFF. The EU's aim was to allow competition onEuropean rail networks, a goal that has only very slowly come tofruition in France, and on only a few routes. More important forFrench politicos than promoting competition to the state-owned SNCFwas to free it from the crippling debt incurred by infrastructuredevelopment, allowing it to pay regular dividends to the governmentwhile saddling RFF with a burden that continues to limit its capacityto maintain and expand the network (see, for example, last year's deadly suburban rail accident at Brétigny-sur-Orge).

Current minister for transport Frédéric Cuvillieris blaming the train width cock-up on the split between the twoentities, and is using this blunder to push the government's plan toreunite the rail firms in a single holding company (SNCF Groupe uniting the existing SNCF as SNCF Mobilité and RFF and SNCF Infra as SNCF Réseau). The European Union is planning to introduce stricterrules for separating network ownership and rail operations this year,and to ensure a fait accompli contrary to the spirit of thisreform, the legislature has to pick up the pace. Given that theproblem of the oversized trains has been known since 2013, the timingof this public revelation seems rather convenient for a governmentseeking to undo the pro-competition measures imposed by the EU.

It's all really odd: clearly at some point the SNCF(or RFF or whatever) would have had to bring the stations up to code.It's happening now, it could have happened earlier, it could havehappened later.Had RFF (or SNCF) simply stated at the time this newproject was launched that this would be the opportunity to bring allstations in line with current standards, allowing for more profitableuse of the rail lines, it would have been seen as a forward thinkinginitiative. Instead, they look like dolts, with calls for the CEOs ofboth SNCF and RFF to be fired. The whole thing makes sense neither aspolicy nor as a plot. Maybe it is just stupidity.

And while the national government is strengtheningthe role of the SNCF over the national rail system, eight of thelargest regions are in the process of forming a legal entity to orderand purchase their own trains, to be free of their costly reliance onthe SNCF. The new trains will be giving this group an extra push, asthey join the protests of those refusing to pay for the dolts.

Sunday, September 22, 2013

Le Père Fouettard, un restaurant qui mérite bien son nom : intéressant pour les masos, mais les autres devraient s'abstenir



Je suis chargé de trouver une adresse pour un brunch avecune amie parisienne et trois amis australiens de passage. Pas si évident, caril faut concilier des personnes aimant beaucoup la viande avec des végétariens strictes. Je pense avoirtrouvé l’adresse idoine au Père Fouettard, 9 rue Lescot dans le quartier desHalles, qui propose quatre brunchs différents, dont un végétarien.

Je réserve et on arrive tous juste avant 12h30. Un jeuneserveur prend nos commandes, mais comme il ne note pas et ne semble pas retenirqui a commandé quoi, il s’emmêle déjà un peu les pinceaux. Pas grave. On estrapidement servi le début du brunch : des petits pains et un petit pot debeurre (pas vraiment assez pour cinq personnes), nos boissons chaudes etfroides.

On est content de se retrouver, on discute, mais on a quandmême faim. Un brunch, ce n’est pas si compliqué à faire. Une demi heure estpassée, et on réussit après plusieurs tentatives à choper le serveur, qui nesemble pas comprendre notre question, pourtant simple : « notrecommande arrive-t-elle bient?t ? » Il finit par s’apercevoir -- en s’étonnant --qu’on n’avait pas été servi . C’est plut?t surprenant que cela l'étonne, étant donné que c’estlui chargé de nous servir, et que l’absence d’assiettes devant nous devaientindiquer qu’il restait un truc à faire.

Il s’en va, et revient après un certain temps pour nous informerque le ticket avait été « perdu » à la cuisine. Il n’a aucune trace lui-mêmede notre commande et la reprend. Il nous assure que la deuxième commande seratraitée très rapidement.

En attendant, aucune proposition de boisson ou de pain nousest faite pour palier à notre faim et nous faire patienter (et signifier qu’ilreconna?t qu’il y a un problème). Je me lève et finis par trouver une jeune serveuse à qui je demandedu pain et du café. Elle l’apporte, et propose de revenir avec de l’eau chaudepour les personnes ayant pris du thé, ce qu’elle néglige de faire. De ce fait,une personne de notre table recommande un thé, ce que l’on lui apporte.

Vingt minutes plus tard on est servi. Le serveur (qui soit dit en passant résume les commandes en faisant le total de chaque article, ce qui ne marche que si nous clients on tient compte aussi des commandes des autres convives, ce qui n'est pas vraiment notre boulot). Il a du mal à nous servir, et place les assiettes devant le mauvais client de fa?on quasi systématique. Au bout du compte, il y a une erreur :la variante saumon fumé d’un brunch anglais s’est transformé en variante bacon,mais comme on n’a pas envie d’attendre encore, on ne dit rien (et comme semble être son habitude, le serveur s'étant rapidement enfui, on ne pouvait en tout cas lui signaler l'erreur)..

On mange, c’est correct, sans plus.

On demande l’addition, et on s’étonne de voir que le serveursouhaite faire payer le deuxième thé. Le serveur explique que c’est normal. J’indiquemon mécontentement : après une grossière erreur de sa part, ?a sembleétrange de vouloir faire payer une boisson qui n’aurait jamais été commandée s’ilavait fait son travail correctement. Il persiste, aussi demande-je de voir leresponsable.

La serveuse avec qui on n’avait déjà affaire convient avecson collègue que c’est normal de faire payer la consommation. Elle reconna?t qu’ellea oublié d’apporter de l’eau chaude, mais trouve que puisque tout le monde peutfaire une erreur, il n’y pas de faute (en gros). J’ai rappelé qu’on avaitattendu assez longtemps pour manger, du fait de l’erreur du serveur. Ellerépond que c’est dimanche, que moi et mes amis, nous ne travaillons pas (alors qu'elle, oui), et que ce n’est pas grave d’attendre(comme elle ne sait rien de nos vies et nos projets pour la journée, c’est uneréponse saugrenue… en tout cas, je ne pense pas qu’il y a beaucoup de visiteursà Paris qui rêvent de passer leur journée à attendre à manger leur déjeuner).Elle poursuit en disant que si l’on était pressé, on aurait du le dire. Jepense que s’ils allaient faire n’importe quoi en matière de service, ilsauraient pu le dire aussi : on se serait passé de ce repas dans cetétablissement.

Elle a dit que comme son collègue s’était excusé plusieursfois, ?a suffisait pour faire dispara?tre le problème. D’abord, même s’il s’étaitexcusé, cela concerne son comportement, et nullement le préjudice. Un théoffert semble moins que le minimum à s’attendre après une telle déconvenue.Ensuite, il ne s’était pas excusé. Lorsque j’ai informé la serveuse de ce fait,elle a insisté qu’il s’était excusé. Je lui ai fait remarquer qu’elle n’étaitpas présente lors de ces prétendues excuses, alors qu’elles s’étaient enprincipe adressées à moi, et que je ne les avais pas entendues.  Elle a persisté, me traitant de fait dementeur, en disant qu’elle connaissait son collègue, alors que je lui étais uninconnu. ?tat qui risque de perdurer, étant donné mon peu d’inclination àremettre pied dans cet établissement.

En fin de compte, elle retire le thé de l’addition :comme c’était la conclusion évidente, on se demande pourquoi elle a tenu àénerver davantage des clients mécontents, tout ?a pour la marge sur uneconsommation de 4,80 euros.

Un repas qui devait être sympathique terni par uncomportement du personnel inacceptable, c’est plus que regrettable. Lesvisiteurs étrangers l’ont pris plut?t bien : pour eux, c’est normal d’êtremal servi, puisqu’on est en France.

Il semble que le personnel du Père Fouettard aux Halles soitd’accord avec cet avis. Hélas.

Sunday, August 25, 2013

Numericable me dit de me casser...

Je suis client triple-play (TV, internet, téléphone fixe) chez Numericable depuis une vingtaine d'années. Je n''ai jamais été spécialement ravi de leurs services, mais jusqu'à hier un agent ne m'avait pas encore injurié.

Il y a une quinzaine de jours une femme prétendant représenter NC me téléphone sur mon portable pour me dire que NC propose un nouveau matériel pour profiter de l'installation de la fibre optique dans mon quartier. On me propose un rendez-vous dans l'après midi du 24 ao?t pour faire un échange. Le lieu et l'heure précise de l'échange me sera communiqués plus tard. Je dis que cela m'intéresse mais que je ne souhaite pas payer davantage. On me dit que ce ne sera pas le cas.

Vendredi (avant hier) je re?ois un message sur ma bo?te vocale me donnant rendez-vous dans une rue proche de chez moi. Cela me surprend car la rue est étroite et je ne vois pas comment on pourrait s'y installer.

Hier un peu dubitatif, je téléphone au service client NC, où après une longue attente l'agente m'indique ne rien conna?tre d'une telle opération, que rien n'est inscrit dans mon dossier, et que si NC procédait à un échange, ?a se ferait plut?t en boutique.

Je commence à avoir peur : et si tout ceci était une arnaque pour mieux cambrioler mon logement en s'assurant de mon absence, par exemple ?

Mon compagnon me téléphone pour me dire qu'en passant dans la rue donnée pour le rendez-vous il a bien vu une boutique éphémère installée sur une plateforme garée dans la rue. Je décide d'y aller pour me renseigner, notamment pour savoir ce qu'il faudrait apporter pour un éventuel échange.

J'y arrive peu avant l'heure du rendez-vous, et je trouve deux jeunes gens installés à des bureaux sur cette plateforme aux couleurs de NC. J'explique d'abord que j'étais perplexe du fait que le service client ne soit pas au courant de l'opération. Le jeune homme me répond que le service client ne suit pas forcément toutes les infos. Bon...

Ensuite je demande en quoi consiste l'opération. En fait, il s'agit d'échanger son matériel contre une "Box".A ma question, le jeune homme me confirme que la Box correspond à un abonnement plus cher. Je proteste que la femme qui m'a donné le rendez-vous avait indiqué qu'il n'y aurait pas de changement de tarif. Content encore d'accuser des tiers, le jeune homme me dit : "Ah, vous savez, c'est un prestataire extérieur, et on ne contr?le pas ce qu'ils racontent."

A aucun moment il n'exprime le moindre regret pour les mauvaises informations fournies par son entreprise à un client, se contentant de me dire que je ferais donc mieux de garder mon matériel existant (qu'heureusement je n'avais pas débranché pour me voir obligé de le rebrancher aussit?t !).

Vexé de m'être inquiété pour rien, et d'avoir perdu du temps avec une opération dont je n'avais jamais voulu, j'exprime mon mécontentement : "Vous d?tes que le service client est nul, que vos prestataires sont nuls : on dirait que c'est une entreprise plut?t nulle !" Je pars, et j'entends derrière moi le jeune homme me lancer : "Casse-toi !".

Je me retourne, et il confirme ses propos, en me disant que je lui ai manqué de respect.

Il me semble qu'une entreprise qui donne de fausses informations, qui dérangent ses clients, qui ne s'en excusent même pas, c'est plut?t elle qui manque de respect.

En tout cas, je tiens à savoir si je dois entendre le mot de cette personne comme une invitation de la part de NC à trouver un autre prestataire ou pas ?

Thursday, July 5, 2012

Philadelphia Milka (milk-chocolate cream cheese)

I come to the game a bit late. The product has been on the market for a while. It's Philadelphia cream cheese with Milka milk chocolate.  At first glance, it sounds either wonderful or kind of gross. My take was "kind of gross."

The package is pretty small. I think a container might get a normal family through one breakfast. At nearly 3 euros a package, it's pricey.
It looks more like Nutella than cream cheese. I like the fluffy, crumbly texture of cream cheese, and wondered how that wold work with chocolate. It doesn't: it's a real cream thing, not very cheesey. 

Tried it on Swedish toast. I do love Monoprix's packaging. 

OK, ready (I really need to fix my glasses... a cracked lens and a damaged temple just doesn't do it).

The first bite.

Pondering.

It's good! Too sweet, and the aftertaste is not that good, but while it's in your mouth it's quite tasty. I don't think I'll try it again though. I prefer butter and jam. It would be worth comparing nutritional info with Nutella (which is much cheaper). 
Not everyone agrees that this is a good thing. 

Wednesday, June 27, 2012

The covenant of the rainbow


Genesis, Chapter 9:

12 And God said, This is the token of the covenant which I make between me and you and every living creature that is with you, for perpetual generations: 13 I do set my baow in the cloud, and it shall be for a token of a covenant between me and the earth.

14 And it shall come to pass, when I bring a cloud over the earth, that the bow shall be seen in the cloud: 15 And I will remember my covenant, which is between me and you and every living creature of all flesh; and the waters shall no more become a flood to destroy all flesh.

16 And the bow shall be in the cloud; and I will look upon it, that I may remember the everlasting covenant between God and every living creature of all flesh that is upon the earth. 17 And God said unto Noah, This is the token of the covenant, which I have established between me and all flesh that is upon the earth.

19 And God said unto Noah, These are the colos of the fabulous, and you shall love them because they bring great joy and will enrich the earth.

Thursday, May 17, 2012

Fran?ois Hollande will have a nice view at cabinet meetings....

For the political change a new administration represents, of course, but also because there are some hotties among the new ministers.

Let's start with the top dog, prime minister Jean Marc Ayrault. He's no jeune premier, but he's a very nice-looking man.

While I dislike the political positions of minister of the interior Manuel Valls, he is perhaps the hottest of the hotties.
Education minister Vincent Peillon used to be my favorite. He's looking a bit older than his 51 years now, but he'll do.

Arnaud Montebourg, whose ministry I can't really figure out, has been a long-time fave.


Beno?t Hamon, minister for social economy, has the loveliest eyes... can't see them well in this pic.

I had never heard of Pascal Canfin, minister for development, but he's got the dreamy young professor look down just right.